Témoignage de Brigitte

Témoignage de Brigitte, sophrologie

Faire face au trop plein d’émotions après un deuil.

Dans quelle situation étais-tu avant de démarrer l’accompagnement ?

J’ai perdu mon mari en janvier 2018 à la suite d’une leucémie. Les trois dernières semaines à l’hôpital avaient été éprouvantes, désespérantes. J’avais beaucoup de mal à revivre et en mars 2020, j’ai déclaré un cancer du sein. Le trop plein a fait que je me suis tournée vers Rachel. J’avais besoin de comprendre ce qui m’arrivait et ainsi répondre à mon questionnement : Etais je responsable de ce qui m’arrivait ? Pourquoi le présent et l’avenir m’apparaissaient si peu lumineux ? Que pouvais-je changer dans ma façon d’être au monde pour sortir un tant soit peu de ce néant ?

Qu’est-ce que tu as particulièrement apprécié lors de l’accompagnement ?

L’accompagnement m’a permis de dire mes peurs, mes angoisses, de dire ma culpabilité. Il m’a permis, grâce aux séances de visualisation, de dialoguer intérieurement avec mon mari et de revivre des moments de sa maladie qui me tourmentaient. Il m’a permis de connaître les gestes qui permettent de se recentrer sur soi et d’éprouver de la gratitude.
Il m’a permis d’apprendre à contrôler mes émotions, et de les accueillir sans me retrouver complétement abattue, d’être plus sereine dans bon nombre de moments de la vie de tous les jours.

Qu’est-ce que t’as apporté le groupe ?

Les séances de groupe m’ont fait connaitre des personnes qui vivent la même chose que moi. Dans le groupe, nous échangeons sur nos ressentis, nos peurs, nos angoisses… On laisse nos émotions se manifester sans honte, sans retenue parce qu’on se sent compris et écouté, et on peut partager “nos petites victoires” de tous les jours, qui semblent bien dérisoires pour quelqu’un ne se trouvant pas dans le deuil.
Et puis pendant certains appels de groupe, j’ai pu échanger avec d’autres professionnels qui étaient invités.

Quels résultats as-tu obtenu pendant et à l’issue de l’accompagnement ?

J’ai pu mettre des mots sur ce qui me tourmentait, je me suis défaite des émotions liées à certaines scènes de la maladie de mon mari. Je suis donc capable maintenant de revivre certains événements sans plonger dans le désarroi.
J’ai compris qu’il était nécessaire de prendre soin de moi, et de me recentrer sur mon corps, mes ressentis et de m’accepter telle que j’étais, de faire preuve de gratitude et non se nourrir de regrets et de nostalgie.

Quelles sont tes prises de conscience/changements d’état d’esprit ?

Reconnaître, accepter et exprimer toutes mes émotions. Faire face à mes pensées sans être trop submergée par l’émotion, la révolte ou le désespoir.
Faire état des petites choses que je fais pour moi ou pour ceux qui me sont chers, par écrit, par l’intermédiaire d’un cahier de gratitudes.
Réinvestir le monde, appréhender la vie sereinement, et m’occuper de ma souffrance qui n’appartient qu’à moi, apprendre à vivre avec l’absence.