deuil-culpabilité-rachel-galerme-sophrologue

Comment se libérer de sa culpabilité après un deuil ?

deuil-culpabilité-rachel-galerme-sophrologue

Comment se libérer de sa culpabilité après un deuil ?

3 pistes pour vous aider 

Comment se libérer de sa culpabilité après un deuil ? Cette émotion peut être présente après la perte d’un proche quelles que soient les circonstances de sa mort. Elle se manifeste souvent par des reproches que vous allez-vous infliger sur ce que vous avez fait ou dit , sur votre attitude, sur prises de décisions. Vous pouvez également peut être vous reprocher votre manque de présence si la personne était malade, de dialogue, de pas avoir su trouver les mots pour la rassurer ou l’aider. Vous pouvez vous sentir même responsable de la mort de votre proche.

Et aujourd’hui, vous estimez sans doute que vous avez raison de vous faire tous ces reproches . Pourtant vous prenez le temps de me lire et mes propos doivent certainement faire échos chez vous. Je sais le caractère violent de cette émotion qui peut parfois devenir omni – présente et envahir notre quotidien au point de nous auto- saboter ou de ne pas prendre soin de nous-même.

Alors, laissez-moi vous inviter à visionnez cette vidéo dans laquelle je vous partage 3 pistes de réflexions pour :

  1. Mesurer le caractère inhumain de cette émotion qui vous ronge de l’intérieur.
  2. Regarder en face votre culpabilité en la décortiquant grâce à la parole ou l’écriture
  3. S’accorder un temps de réflexion, pour vous demander jusqu’à quand vous allez vous infliger cette violence .

Si vous avez conscience de cela et aujourd’hui, vous sentez que vous n’êtes pas là où vous aimeriez être personnellement et professionnellement, je vous invite à ce que nous nous rencontrions pour que vous me partagiez votre parcours et ce que vous voulez réaliser. Nous validerons si nous voulons travailler ensemble et je vous expliquerais comment je peux vous aider à atteindre votre objectif. Prenez rdv en remplissant le formulaire : ICI

Je vous embrasse et vous dis à très bientôt,

Rachel